ARCHIVAL WEBSITE
To learn more about our current work, please visit AquaFish Innovation Lab.
PD/A CRSP Research Reports 94-71 to 94-75
PD/A CRSP Research Reports 94-71 to 94-75
(French Version)

Comment Rapporter la Croissance des Poissons: Revue des Principes de Base

Kevin D. Hopkins, College of Agriculture, University of Hawaii at Hilo, Hilo, Hawaii 96720, USA

1 December 1994, CRSP Research Report 94-71

Abstract En général, les aquaculteurs expriment la croissance en terme de taux de croissance absolue (g/j), relative (% d'augmentation du poids corporel) et spécifique (%/jour). Les équations de croissance de von Bertalanffy (ECVB) sont moins utilisées. Chacun des ces taux de croissance est une représentation numérique de la croissance basée sur une relation particulière entre la taille et le temps (relation linéaire, exponentielle, ou asymptotique). D'habitude, les aquaculteurs mesurent la taille en fonction du temps au cours de leurs expériences. Malheureusement, les données intermédiaires sont souvent négligées quand on calcule les taux de croissance (sauf avec l'utilisation de l'ECVB) et on n'a pas encore prouvé si la méthode de calcul de la croissance convient pour un ensemble particulier de données. Le présent article est une revue des concepts de base et des méthodes de calcul des taux de croissance dans le but d'encourager les aquaculteurs à utiliser des taux de croissance plus appropriés.

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Journal of the World Aquaculture Society 23:173-179, 1992.


Méthodologie de la Recherche sur les Systèmes Intégrés d'Agriculture et d'Aquaculture

K.D. Hopkins, University of Hawaii at Hilo, Hilo, Hawaii 96720, USA

J.D. Bowman, Oregon State University, Corvallis, Oregon 97331, USA

1 December 1994, CRSP Research Report 94-72

Abstract Le présent article décrit une méthodologie en dix étapes de la recherche sur les systèmes intégrés de l'agriculture et de l'aquaculture. Une attention particulière est attirée sur les interactions entre les composantes de l'agriculture et de l'aquaculture. Les méthodes "standard" convenables pour la recherche en agriculture et en aquaculture sont considérées.

This abstract was excerpted from the original paper, which was published as pages 89-98 in Techniques for Modern Aquaculture, Proceedings of an Aquacultural Engineering Conference, American Society of Agricultral Engineers, St. Joseph, Michigan, USA.


Alimentation Artificielle du Tilapia et Fumure des Etangs Piscicoles

James S. Diana, School of Natural Resources and Environment, University of Michigan, Ann Arbor, Michigan 48109-1115, USA

Kitjar Jaiyen, Department of Fisheries, Ministry of Agriculture and Cooperatives, Kasetsart University Campus<, Bangken, Bangkok 10900, Thailand

C. Kwei Lin, Asian Institute of Technology, G.P.O. Box 2754, Bangkok 10501, Thailand

1 December 1994 , CRSP Research Report 94-73

Abstract On a mené deux essais pour évaluer l'effet de l'alimentation artificielle des tilapias du Nil (Oreochromis niloticus) élevés dans neuf étangs recevant de la fumure. Les intrants considérés étaient: la nourriture seule, la nourriture + la fumure, et la fumure seule. Le premier essai a utilisé 500 poissons/250 m2 d'étang soumis aux 3 traitements suivants: alimentation ad libitum, fumure seule, ou fumure et alimentation ad libitum. Le deuxième essai a utilisé 750 poissons par étang soumis aux 5 traitements suivants: alimentation ad libitum seule, fumure seule, ou fumure + alimentation à 0,25; 0,50; et 0,75 niveaux de satiété. Les étangs étaient aménagés en Thaïlande et contrôlés pour une période de 155162 jours au cours de laquelle on a mesuré les paramètres physiques et chimiques. Au cours du premier essai, la croissance du tilapia était plus élevée dans les étangs qui recevaient de la nourriture seule et était plus faible dans les étangs soumis à la fumure seule. Les rendements nets n'étaient pas significativement différents à cause des différences en taux de survie. Au cours du deuxième essai, la croissance du tilapia était plus faible dans les étangs soumis à la fumure seule, intermédiaire dans les étangs alimentés à 0,25 niveau de satiété, et plus élevée dans les étangs qui recevaient une alimentation ad libitum et une alimentation à 0,50 et 0,75 niveaux de satiété. Ces derniers traitements n'étaient pas significativement différents. Les analyses de régression multiple des données de chaque essai ont révélé que les apports de nourriture et de la fumure ont seulement contribué 4787% de la variance de la croissance et 5289% de la variance du rendement. L'analyse des données combinées des deux essais a montré que les apports de nourriture et de la fumure, l'alcalinité et les teneurs en azote inorganique total ont contribué 90,3% de la variance de la croissance. Quant au rendement, R2 était 0,888 et la régression incluait l'apport de nourriture, le pH et le nombre de fois où la teneur en oxygène dissous était faible. Les étangs ont semblé atteindre leur capacité maximale vers la fin du premier essai, tandis qu'une densité et une biomasse élevées n'ont entraîné aucune baisse de la croissance des poissons au cours du deuxième essai. La baisse de croissance des poissons au cours du premier essai n'était pas corrélée à la diminution de la qualité de l'eau observée vers la fin de la période de grossissement. Par rapport à l'alimentation seule ou à la fumure seule, les combinaisons de la nourriture artificielle et de la fumure ont été plus efficaces dans la production de tilapias de grande taille (500 g).

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Journal of the World Aquaculture Society 25:497-506, 1994.


Utilisation de l'Analyse de la Covariance pour une Evaluation Quantitative de l'Effet des Traitements Antérieurs d'un Etang sur l'Erreur Expérimentale en Pisciculture

Christopher F. Knud-Hansen, Department of Fisheries and Wilflife, Michigan State University, East Lansing, Michigan, USA, and, Division of Agriculture and Food Engineering, Asian Institute of Technology, G.P.O. Box 2754, Bangkok 10501, Thailand

1 December 1994, CRSP Research Report 94-74

Abstract De février 1985 jusqu'en mars 1990, neuf essais consécutifs d'une durée de 5 mois chacun ont été menés dans 16 étangs en terre au Centre des Pêches en Eaux Douces d'Ayutthaya à Bang Sai, Thaïlande. Le but de ces essais était d'examiner les relations qui existent entre la fertilisation (au fumier de poules, triple superphosphate et urée), la qualité de l'eau et les rendements en tilapias du Nil (Oreochromis niloticus). Au cours de ces essais, la randomisation des traitements a entraîné une différence de fertilité entre tous les étangs. On a utilisé l'analyse de la covariance pour quantifier les effets résiduels des traitements antérieurs (leurs apports en éléments nutritifs) sur les erreurs expérimentales au cours du 9ème essai.

Les analyses de la variance ont révélé que l'erreur expérimentale représentait approximativement 39% de la variation totale du rendement net en poissons (RNP) observée au cours du 9ème essai. L'analyse de la covariance a révélé que l'erreur expérimentale était significativement corrélée aux apports cumulatifs de la fumure de poules surtout entre le 5ème et le 8ème essai. Les fumures antérieures des étangs ont contribué approximativement 49% de la variation totale du RNP observée au cours du 9ème essai. Une analyse de régression linéaire multiple utilisant les données des intrants par traitement et la covariable relative aux traitements antérieurs des étangs en tant que deux variables indépendantes expliquant le RNP a montré que r2 = 0,75 (P < 0,001). On a observé que les données chimiques des sédiments de l'étang sont des covariables incapables de réduire l'erreur expérimentale et/ou prédire le RNP.

Les raisons qui expliqueraient l'effet positif des traitements antérieurs sur le RNP comprennent notamment la relation inverse entre la capacité des sédiments à absorber le phosphore soluble présent dans les couches supérieures de l'eau, et l'accumulation de matières organiques et de phosphore au fond de l'étang. Les aspects relatifs à la gestion des étangs ainsi que certaines recommandations relatives aux recherches en pisciculture sont présentées pour une meilleure compréhension des variations entre les étangs par suite des différences causées par les fumures antérieures.

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Aquaculture 105:21-36, 1992.


Croissance des Tilapias du Nil, Oreochromis niloticus (L.), Traités et Non-traités aux Androgènes pendant la Phase de Traitement, d'Alevinage et de Grossissement dans les Etangs Piscicoles Tropicaux

Bartholomew Green and David Teichert-Coddington, Department of Fisheries and Allied Aquaculture and, Alabama Agricultural Experiment Station, Auburn University, Alabama 36849, USA

1 December 1994, CRSP Research Report 94-75

Abstract
La masculinisation des alevins de tilapia est obtenue par l'administration par voie orale de l'androgène 17a méthyltestostérone (MT) avant la différentiation sexuelle. Une réaction anabolique en réponse à ce traitement hormonal a été rapportée. On a examiné la croissance des tilapias traités et non-traités au MT pendant le traitement, l'alevinage et la phase de grossissement dans des conditions approximativement semblables à celles d'un élevage commercial intensif d'Amérique Centrale. Les alevins d'Oreochromis niloticus (L.) étaient nourris avec un aliment contenant 0 ou 60 mg MT/kg d'aliment durant 28 jours. Il n'y avait pas de différence significative entre les pentes des courbes de croissance du groupe de poissons traités au MT et du groupe témoin. A la récolte, les poids moyens des alevins étaient semblables et s'élevaient à 0,1 g/alevin pour les deux traitements. Les alevins ont été ensuite élevés dans des étangs d'alevinage d'une superficie de 0,2 ha pendant une période de 94 jours. Les pentes des courbes de croissance du groupe de poissons traités au MT et du groupe témoin n'étaient pas significativement différentes. Les poids individuels moyens obtenus à la récolte n'étaient pas significativement différents selon les traitements. La proportion relative des sexes était nettement proche de 1:1 tandis qu'on a obtenu 97% de mâles dans le groupe de poissons traités au MT. Les jeunes poissons mâles traités et non-traités au MT étaient ensuite élevés dans des étangs de grossissement en terre d'une superficie de 0,1 ha et fertilisés avec du fumier organique. Il n'y avait aucune différence significative de croissance entre les poissons traités au MT et ceux du groupe témoin. Les rendements bruts moyens des deux traitements après 150 jours d'élevage et les poids individuels moyens à la récolte étaient semblables.

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Aquaculture and Fisheries Management 25:613-621, 1994.


Previous group of reports: 94-66 to 94-70 Next group of reports: 94-76 to 95-80