ARCHIVAL WEBSITE
To learn more about our current work, please visit AquaFish Innovation Lab.
PD/A CRSP Research Reports 94-61 to 94-65
PD/A CRSP Research Reports 94-61 to 94-65
(French Version)

Période Optimale de Récolte en Aquaculture: Application des Principes d'Economie au Modèle de Croissance du Tilapia du Nil, Oreochromis niloticus

R.R. Springborn & A.L. Jensen, School of Natural Resources, University of Michigan, Ann Arbor, Michigan, USA

W. Y. B. Chang, Division of International Programs, National Science Foundation, Washington DC, USA and Center for Great Lakes and Aquatic Sciences, University of Michigan, Ann Arbor, Michigan, USA

C. Engle, Department of Agriculture, University of Arkansas at Pine Bluff, Pine Bluff, Arkansas, USA

11 February 1994 , CRSP Research Report 94-61

Abstract Une méthode simple de détermination de la période optimale de récolte des poissons et de l'effet du type de fumure sur la période optimale de récolte est présentée pour l'aquaculture. Etant donnée la faible variation journalière des coûts de production du tilapia du Nil (Oreochromis niloticus, (L.)) dans les systèmes d'élevage utilisant peu d'intrants en Thaïlande, la période optimale de récolte était la même pour la maximisation du rendement en poisson et la maximisation du profit sur les poissons récoltés (prix du poisson multiplié par le rendement en poissons, moins les coûts de production des poissons). Après 150 jours d'élevage, la comparaison du traitement au fumier organique par rapport au traitement à la fumure minérale a montré que le rendement en poissons a augmenté de 1,505 t/ha à 2,295 t/ha, et le profit a augmenté de 15.657,1 baht/ha (US$ 590,8/ha) à 25.127,5 baht/ha (US$ 948,2/ha). Le temps optimal de récolte des poissons correspondait au 191ème jour d'élevage pour le traitement à la fumure organique, avec un rendement en poissons de 2,328 t/ha et un profit de 25.520,5 baht/ha (US$ 963,0/ha). Quant au traitement à la fumure minérale, le temps optimal de récolte des poissons correspondait au 105ème jour d'élevage, avec un rendement en poissons de 1,536 t/ha et un profit de 16.035,4 baht/ha (US$ 605,1/ha).

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Aquaculture and Fisheries Management 23:639-647, 1992.


Applications des Taux Instantanés de Mortalité et des Modèles à Plusieurs Variables à l'Elevage des Tilapia dans l'Eau Saline

Kevin D. Hopkins, College of Agriculture, University of Hawaii at Hilo, 523 W. Lanikaula St., Hilo, Hawaii 96720-4091, USA

Daniel Pauly, International Center for Living Resources Management, MC P.O. Box 2631, 0718 Makati, Metro Manila, Philippines

11 February 1994, CRSP Research Report 94-62

Abstract En général, les aquaculteurs expriment les taux de mortalité "en pourcent", ce qui ne permet pas de séparer les différentes composantes de la mortalité enregistrée depuis la mise en charge jusqu'à la récolte des poissons. Il a été démontré que les taux de mortalité "instantané" ou exponentiel utilisés dans l'étude de la dynamique des populations de poissons ont des propriétés qui satisfont aux conditions nécessaires à la séparation des composantes de la mortalité, particulièrement quand ce taux est utilisé en conjonction avec un modèle de régression multiple. Des exemples tirés des essais d'élevage des tilapias dans des bacs d'eau saline au Kuwait et dans des étangs d'eau saumâtre aux Philippines sont présentés.

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Multivariate Methods in Aquaculture Research: Case Studies of Tilapias in Experimental and Commercial Systems,p. 105-111. M. Prein, G. Hulata, and D. Pauly (eds.). ICLARM Studies and reviews 20, International Center for Living Aquatic Resources Management, Manila, Philippines, 1993.


Relation entre la Température et la Production d'Alevins d'Oreochromis niloticus Destinés à l'Inversion Hormonale des Sexes

B.W. Green and D.R. Teichert-Coddington, Department of Fisheries and Allied Aquacultures, Alabama Agricultural Experiment Station, Auburn University, Alabama 36849-5419, USA

11 February 1994, CRSP Research Report 94-63

Abstract Pour l'inversion hormonale du sexe chez le tilapia, on préfère des alevins qui ont éclos récemment et ayant une longueur totale (LT) de 9 à 11 mm parce qu'ils ne sont probablement pas encore différenciés sexuellement. En Honduras, on a fait trente-trois essais de septembre 1988 à mars 1990 dans le but de quantifier l'effet de la température sur la production d'alevins d'Oreochromis niloticus dans les étangs en terre. Ces alevins étaient destinés à l'inversion hormonale du sexe. Dans chaque essai, on a simultanément ensemencé les géniteurs dans deux étangs d'une superficie de 0,05 ha. En général, l'un des étangs était récolté 17 jours après la mise en charge, l'autre après 20 jours (la période varia de 16 à 21 jours). La production d'alevins fut évaluée en fonction du nombre de degrés-jours basé sur un seuil de température de 15°C. La moyenne des récoltes s'élevait à 86.000 alevins/0,05 ha. La production totale s'élevait à 4.897.000 alevins dont 4.363.000 étaient d'une taille convenable pour le traitement hormonal. Il n'y avait aucune production d'alevins à moins de 140 degrés-jours. Au-delà de cette valeur, la production d'alevins a nettement augmenté en fonction d'une augmentation du nombre de degrés-jours. Au-delà de 195 degrésjours, le pourcentage de poissons retenus par un trieur à mailles de 3,2mm (trop gros pour être traités aux androgènes) a significativement augmenté en fonction du nombre de degrésjours. Les alevins retenus par le trieur avaient une LT moyenne de 14,2mm, tandis que ceux non-retenus avaient une LT moyenne de 9,5 mm. Entre 140 et 280 degrés-jours, on n'a observé aucune relation linéaire significative entre le nombre de degrésjours et celui des alevins non-retenus par le trieur. Cependant, il a semblé que la production atteint son maximum à environ 210 degrés-jours.

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Journal of Applied Ichthyology 9:230-236, 1993.


Analyse Economique de la Production Piscicole dans une Agriculture de Subsistance: Cas du Rwanda

Carole R. Engle, Department of Agriculture, University of Arkansas at Pine Bluff, Pine Bluff, AR 71601, USA

Marcie Brewster, ATTRA, University of Arkansas, Fayetteville, AR 72701, USA

Felix Hitayezu, Rwanda

6 June 1994, CRSP Research Report 94-64

Abstract Au Rwanda, les données d'une enquête parmi 55 pisciculteurs a permis de faire une analyse économique de la production de poissons dans un système agricole de subsistance. Les résultats de l'enquête ont révélé que les poissons sont principalement une source de revenu et, en second lieu, une source de nourriture pour la famille.

Les revenus nets à la main-d'oeuvre ont variés de 510 FRW/100 m2 en régions de haute altitude à 1308 FRW/100 m2 en régions de basse altitude, ce qui représentait environ 7% et 29% du revenu annuel moyen respectivement en régions de haute et basse altitude.

La main-d'oeuvre constituait la ressource principale utilisée en pisciculture. Elle produisait des revenus monétaires (argent liquide) qui faisaient concurrence aux autres salaires journaliers mais les chances de trouver un emploi étaient pratiquement limitées. En plus de la valeur nutritive du poisson, le revenu provenant de la pisciculture représentait une fraction importante du revenu liquide total du ménage.

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Journal of Aquaculture in the Tropics. 8:151-165, 1993.


Effet de la Fréquence d'Application de la Fumure sur la Production du Tilapia du Nil (Oreochromis niloticus)

Christopher F. Knud-Hansen, Ted R. Batterson, Department of Fisheries and Wildlife , Michigan State University, East Lansing, Michigan 48824, USA

30 September 1994, CRSP Research Report 94-65

Abstract On a fait une expérience pour déterminer la meilleure fréquence d'application de l'urée ou du triple superphosphate (TSP) dans des étangs en terre empoissonnés avec des tilapias du Nil (Oreochromis niloticus). Les cinq traitements utilisés consistaient aux fréquences de fertilisation suivantes: application journalière, deux fois par semaine, une fois par semaine, deux fois toutes les trois semaines, ou une fois toutes les deux semaines. Tous les étangs ont reçu une même quantité totale d'engrais durant toute la période de croissance. Le rendement net en poissons (RNP) n'était pas corrélé à la fréquence d'application des engrais, mais il y avait une forte relation linéaire entre le RNP et la productivité primaire nette (PPN) (r2 = 0,90; P < 0,001). Il y avait une relation directe entre la PPN et une faible disponibilité du carbone inorganique et/ou une relation inverse entre la PPN et l'éclairement. La quantité de lumière était réduite par les particules solides en suspension. Dans tous les étangs, les taux d'application de l'urée et du TSP ont entraïné une accumulation d'azote (N) et de phosphore (P) solubles et cette accumulation fut très élevée dans les étangs à eau plus trouble. Puisque la PPN n'était limitée ni par l'N ni par le P, la variation de la fréquence d'application de l'urée ou du TSP n'a pas eu d'effet ni sur la PPN ni sur le RNP. La fréquence d'application de l'urée ou du TSP peut devenir un problème important de gestion uniquement dans les cas où la disponibilité de l'N ou du P limite la productivité du phytoplancton.

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Aquaculture 123:271-280, 1994.


Previous group of reports: 93-56 to 94-60 Next group of reports: 94-66 to 94-70