ARCHIVAL WEBSITE
To learn more about our current work, please visit AquaFish Innovation Lab.
PD/A CRSP Research Reports 93-56 to 93-60
PD/A CRSP Research Reports 93-56 to 93-60
(French Version)

Le rôle du Fumier de Poules dans la Production du Tilapia du Nil, Oreochromis niloticus (L.)

C.F. Knud-Hansen, T.R. Batterson, and C.D. McNabb, Department of Fisheries and Wildlife, Michigan State University, East Lansing, Michigan, USA

1 October 1993, CRSP Research Report 93-56

Abstract On a fait deux essais de grossissement du tilapia du Nil (Oreochromis niloticus (L.)) dans le but d'évaluer l'utilité du fumier de poules dans la production de ce poisson au centre de la Thaïlande. Au cours du premier essai, on a examiné la relation entre la quantité de fumier de poules utilisée dans la fertilisation des étangs et le rendement net en poissons (RNP). Le deuxième essai a permis de déterminer l'importance du fumier de poules en tant que source de carbone organique et/ou de carbone inorganique dissous (CID), lesquels stimulent la productivité primaire. De plus, dans les deux essais, on a utilisé l'urée et le triple super-phosphate (TSP) respectivement comme source de 28.0 kg d'azote total (N)/ha/semaine et 7.0 kg de phosphore (P)/ha/semaine dans les traitements.

L'apport supplémentaire du fumier de poules combiné avec la fumure minérale n'a pas conduit à une meilleure production du tilapia du Nil. Dans le premier essai, l'augmentation du RNP était inversément proportionnelle à la quantité de fumier de poules utilisée, et directement proportionnelle à l'augmentation de l'apport de TSP. L'analyse de régression a montré que, par rapport au P-TSP, l'efficacité du P-fumier de poules dans l'amélioration du RNP était d'environ 10%. Il y avait une relation linéaire entre le RNP et la productivité primaire nette (r2 = 0,62; P < 0,001), laquelle était linéairement corrélé avec l'alcalinité totale (r2 = 0,77; P < 0,001). La comparaison des traitements n'a montré aucune relation entre la quantité de fumier utilisée et les différences d'alcalinité, de respiration des communautés biologiques et de teneurs en oxygène dissous mesurées à l'aube. Des analyses économiques simples de comparaison conduisent à déconseiller l'achat du fumier de poules en tant que source d'azote et de phosphore solubles pour l'augmentation de la productivité primaire en Thaïlande.

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Aquaculture and Fisheries Management 24:483-493, 1993.


Relation entre la Vitesse du Vent et la Réaération des Petits Etangs Aquacoles

Claude E. Boyd and David Teichert-Coddington, Department of Fisheries and Allied Aquacultures, Auburn University, Alabama 36849, USA

1 October 1993, CRSP Research Report 93-57

Abstract Au Centre National d'Aquaculture d'El Carao à Comayagua, Honduras, on a désoxygéné deux étangs d'une superficie de 1000 m2 chacun par traitement au sulfite de sodium et au chlorure de cobalt, et on a supprimé l'activité biologique par application du formol et du sulfate de cuivre. Au cours de la réaération, on a recueilli les données de la vitesse du vent et de la variation de la teneur en oxygène dissous au moyen d'un système d'enregistrement de données. La relation entre les coefficients standards de transfert d'oxygène et la vitesse du vent mesurée à 3 m de hauteur est représentée par l'équation:

KLa20 = 0,017X 0,014; r2 = 0,882

où KLa20 = coefficient standard de transfert d'oxygène à 20°C (ha-1) et X = vitesse du vent (m s-1). Une méthode basée sur le co-efficient standard de transfert d'oxygène pour calculer le taux de réaération de l'étang est présentée.

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Aquacultural Engineering 11:121-131, 1992.


Effet de la Lumière du Jour et de l'Intervalle d'Incubation sur la Respiration de la Colonne d'Eau dans les Etangs Piscicoles Tropicaux

David R. Teichert-Coddington and Bartholomew W. Green, Department of Fisheries and Allied Aquacultures, and Alabama Agricultural Experiment Station, Auburn University, AL 36849-5419, USA

1 October 1993, CRSP Research Report 93-58

Abstract On a utilisé des bouteilles BOD (Demande Biochimique d'Oxygène) étanches à la lumière pour mesurer dans l'obscurité la respiration de la colonne d'eau (RCE) dans deux étangs de 1000 m2 chacun. Les mesures ont été faites pendant des périodes de 22 h à 2, 4 et 8 h d'intervalle. On avait empoissonné les étangs avec Oreochromis niloticus à raison d'un poisson/m2 et une fumure hebdomadaire avec de la litière de poules était appliquée à raison de 750 kg de matières solides totales ha-l. La RCE moyenne a varié de 0,39 mg l-1 (valeur la plus faible) pour les 8-h d'intervalles nocturnes à 0,62 mg l-1 (valeur la plus élevée) pour les 2-h d'intervalles diurnes. La RCE était considérablement influencée par la lumière du jour et la durée de la phase diurne ou nocturne quand elle était mesurée. La RCE moyenne était significativement plus élevée pendant le jour (P < 0,01). Durant le jour, 2-h d'intervalle d'incubation ont conduit à une RCE significativement plus élevée que celle obtenue après 4 h ou 8 h d'intervalles (P < 0,01). Il n'y avait pas une influence significative de la durée de l'intervalle d'incubation sur la RCE nocturne (P > 0,05). On a attribué ces valeurs élevées de la RCE durant le jour et pendant les courtes intervalles d'incubation diurne à une plus grande disponibilité d'un substrat photosynthétique de respiration. La RCE diurne, journalière ou nocturne pourrait être mieux estimée par une seule intervalle d'incubation d'une durée respective de 2, 4 ou 8 h comptée à partir de 0800 h.

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Hydrobiologia 250:159-165, 1993.


Le Rôle de l'Urée dans la Fertilisation des Etangs

Christopher F. Knud-Hansen, Ambutong K. Pautong, Asian Institute of Technology, Agriculture & Food Eng. Division, G.P.O. Box 2754, Bangkok 10501, Thailand

1 October 1993, CRSP Research Report 93-59

Abstract On a mené deux expériences dans le but de mieux comprendre le rôle de l'urée dans la fertilisation des étangs. La première expérience a montré que, dans les conditions naturelles d'éclairement solaire, l'urée dissoute dans l'eau d'un étang et incubée dans des aquaria à une température d'environ 30°C disparaît au taux de 303 µg d'azote l-1 jour-1. Ce taux est réduit à 102 µg d'azote l-1 jour-1 dans l'obscurité. L'alcalinité totale a diminué dans les aquaria soumis à l'obscurité tandis qu'elle a augmenté dans ceux exposés à l'éclairement solaire, conformément aux prévisions stoichiométriques. On a observé une faible hydrolyse de l'urée dans l'eau distillée exposée à la lumière.

La seconde expérience fut un test de toxicité. Les concentrations léthales (LC50's) médianes de l'urée à 24 et 96 h d'exposition s'élevaient respectivement à 19.700 mg l1 et 16.800 mg l-1 pour les alevins de tilapia du Nil (Oreochromis niloticus) mâles obtenus par inversion du sexe, et respectivement à 17.000 mg l-1 et 16.000 mg l-1 pour les alevins de barbeau argenté (Puntius gonionotus). Tout les poissons testés ont résisté une concentration de 14.000 mg d'urée l-1 après 96 h d'exposition, tandis qu'ils ont tous péri à une concentration de 22.000 mg d'urée l-1 après 48 h d'exposition.

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Aquaculture 114:273-283, 1993.


Stratégie d'Aménagement de la Production du Tilapia du Nil (Oreochromis niloticus) par Augmentation de la Biomasse des Microorganismes de la Couverture Biologique

Madhav K. Shrestha, Asian Institute of Technology, Agriculture and Food Engineering Division, GPO Box 2754, Bangkok, 10501, Thailand

Christopher F. Knud-Hansen, Department of Fisheries and Wildlife, Michigan State University, East Lansing, Michigan 48824, USA

May 11, 1994 , CRSP Research Report 93-60

Abstract Au cours de deux essais d'une durée de 8 semaines, on a examiné la biomasse de détritus et de microorganismes de la couverture biologique (BDMCB) consommée par des tilapias du Nil (Oreochromis niloticus) élevés dans des bacs en ciment construits en plein air. Bien que le rendement net en poissons n'a pas significativement augmenté en fonction des cloisons en plastique et perches en bambous placées verticalement dans les bacs, les différences en BDMCB entre les bacs empoissonnés et ceux sans poissons démontrent bien que les tilapia consomment la BDMCB. L'étude du comportement et des habitudes alimentaires ainsi que les analyses du contenu stomacal ont confirmé cette conclusion. Cependant, compte tenu du manque de différences de productivité piscicole et de productivité primaire entre les bacs munis d'un substrat et ceux sans substrat, les coûts supplémentaires (prix du matériel et main-d'oeuvre) causés par l'utilisation des cloisons en plastique et des perches en bambous ne sont pas justifiables dans les systèmes d'élevage du tilapia dans l'eau stagnante.

This abstract was excerpted from the original paper, which was published in Aquacultural Engineering 13:101-108, 1994.


Previous group of reports: 93-51 to 93-55 Next group of reports: 94-61 to 94-65