ARCHIVAL WEBSITE
To learn more about our current work, please visit AquaFish Innovation Lab.
PD/A CRSP Research Reports 91-36 to 92-40
PD/A CRSP Research Reports 91-36 to 92-40
(French Version)

Etangs fertilisés non-alimentés

Raul H. Piedrahita and Philip Giovannini, Department of Agricultural Engineering, University of California, Davis, California 95616, USA

15 October 1991, CRSP Research Reports 91-36

Abstract Les étangs non-alimentés sont des systèmes de production aquacoles dont la productivité ne dépend pas de l'apport de nourriture des poissons, mais provient des engrais organiques et inorganiques. Les objectifs de la planification et de l'aménagement des étangs non-alimentés concernent surtout la manipulation de l'écosystème de l'étang afin d'obtenir des rendements voulus. Le présent article est une discussion des progrès récents dans le domaine d'ingénierie des systèmes d'étangs nonalimentés.

Il présente les méthodes quantitatives de détermination des caractères optimaux d'un étang sur base de l'insolation au niveau du site de production; l'utilisation des modèles de productivité permettant d'évaluer les caractères des étangs ainsi que les besoins d'aménagement ou de gestion en fonction du temps; les aspects relatifs à la fumure et autres stratégies d'aménagement de la qualité de l'eau; et une dicussion sur l'importance de la stratification dans la gestion des étangs.

This abstract was reprinted from the original, which was published in Aquaculture Systems Engineering. Proceedings of the World Aquaculture Society and the American Society of Agricultural Engineers, 1991, World Aquaculture Society, Baton Rouge, LA, USA. p.1-14.


Stratégies de fertilisation pour un meilleur rendement piscicole des etangs tropicaux d'Asie

C.D. McNabb, T.R. Batterson, B.J. Premo, C.F. Knud-Hansen Department of Fisheries and Wildlife, Michigan State University, East Lansing, Michigan 48824, USA

H.M. Eidman Faculty of Fisheries, Institut Pertanian Bogor, Bogor, Indonesia

C.K Lin Asian Institute of Technology, P.O. Box 2754, Bangkok 10900, Thailand

K Jaiyen, J.E. Hanson, Faculty of Fisheries, Kasetsart University, Bangkok 10900, Thailand

2 December 1991, CRSP Research Reports 91-37

Abstract Le but de cette étude est d'élaborer une stratégie pour l'application des engrais permettant une meilleure prédiction des rendements. On a analysé la productivité des étangs en fonction des apports en carbone inorganique dissous (CID), en azote inorganique dissous et en phosphore actif dissous. Le phosphore n'a pas été un facteur limitant dans tous les traitements utilisés. La productivité primaire et le rendement des tilapias du Nil (Oreochromis niloticus Trewavas) mâles étaient limités par CID dans les étangs à faible alcalinité fertilisés avec du fumier de poules ou avec du triple superphosphate et de l'urée. L'azote a limité la production quand le fumier de poules était utilisé dans les étangs à haute alcalinité et où la teneur en CID était suffisante. Ce problème a été résolu par une fumure supplémentaire avec de l'urée. Les coûts de la fumure par kg de rendement s'élevaient à US$0,07 pour le traitement avec du fumier de poules et à US$0,06 pour le mélange fumier de poules + urée.

The Pond Dynamics/Aquaculture CRSP gratefully acknowledges the Asian Fisheries Society for allowing this paper to be reproduced in Research Reports. This paper originally appeared in The Second Asian Fisheries Forum, R. Hirano and I. Hanyu (eds) 1989, Asian Fisheries Society, Manila, Philippines, pp. 169-172.


Effets de différents niveaux d'application de la litière de poules sur la production du tilapia

Bartholomew W. Green, International Center for Aquaculture, Auburn University, Alabama, U.S.A.

Hermes R. Alvarenga, Estación Acuícola Experimental "El Carao," Secretaría de Recursos Naturales, Comayagua, Honduras

2 December 1991, CRSP Research Reports 91-38

Abstract La production de tilapias mâles (Oreochromis niloticus) (1 poisson/m2) dans des étangs en terre de 0,1 ha fertilisés avec différents niveaux de litière de poules a été éxaminée dans des essais complètement randomisés menés à la Station Expérimentale de Pisciculture à El Carao, Comayagua, Honduras. Le but de cette étude était de faire une évaluation quantitative de la production de tilapias soumis à différents niveaux de fertilisation avec de la litière de poules.

La litière de poules était distribuée à raison de 125, 250, 500 et 1000 kg de particules solides totales/ha/semaine. Après 150 jours d'élevage, la production nette totale correspondant à ces quatre niveaux de fumure était respectivement 895, 1321, 1612, et 1950 kg/ha. L'analyse de régression de la production nette totale en fonction du niveau d'application de la litière de poules a donné l'équation suivante: Y = 933,5 + 1,09X; r = 0,87. On a observé une relation positive (P < 0,05) entre le taux d'application de la litière de poules et la production nette totale de poissons.

This abstract was reprinted from the original, which was published in Spanish in Revista Latinoamericana de Acuicultura 40:31-34.


Production et aspects economiques de l'elevage du tilapia dans les etangs fertilisés avec de la litière de Poules

Hermes R. Alvarenga, Estación Acuícola Experimental "El Carao," Secretaría de Recursos Naturales, Comayagua, Honduras

Bartholomew W. Green, International Center for Aquaculture, Auburn University, Alabama, USA

2 December 1991, CRSP Research Reports 91-39

Abstract La production de tilapias mâles (Oreochromis niloticus) (10.000 poissons/ha) dans des étangs en terre de 0,1 ha fertilisés avec de la litière de poules a été examinée durant la saison pluvieuse et la saison sèche à la Station Expérimentale de Pisciculture à El Carao, Comayagua, Honduras.

On a utilisé des essais complètement randomisés pour tester quatre niveaux de traitement avec de la litière de poules; les applications hebdomadaires de la litière de poules étaient 125, 250, 500, et 1000 kg de matière sèche (MS)/ha. Après 150 jours d'élevage, les rendements respectifs en poissons s'élevaient à 1159, 1589, 1856, et 2229 kg/ha durant la saison pluvieuse, et à 1116, 1399, 1884, et 2295 kg/ha durant la saison sèche. A tous les niveaux de traitement, on n'a observé aucune différence de production selon les saisons (P > 0,05). La production de poissons a significativement augmenté (P < 0,05) en fonction de l'augmentation de la fumure et elle était décrite par l'équation suivante: Y = 832,693 + 2,813x 0,0014x2, r2 = 0,893.

Le revenu de la vente de poissons variait de L. 3674/ha (2 Lempiras = $ 1US) à L. 7256/ha et les coûts totaux de production variaient de L. 2364/ha à L. 3856/ha et ces valeurs augmentent du traitement le plus faible au traitement le plus élevé. Le coût par kg de poissons produit s'élevait à L. 2,13 pour une application de 125 kg MS de litière de poules/ha/semaine et à L. 1,75 pour une application de 1000 kg MS de litière de poules/ha/semaine. Le coût de production le moins élevé (L. 1,68/kg) correspondait à l'application de 500 kg de litière de poules exprimée en MS/ha/semaine.

This abstract was reprinted from the original, which was published in Spanish in Revista Latinoamericana de Acuicultura 40:35-39.


Production d'Oreochromis niloticus (L.) et dynamique de l'ecologie des etangs de trois profondeurs différentes fertilisés avec du fumier organique

J.P. Szyper, Hawaii Institute of Marine Biology, University of Hawaii at Manoa, Kaneohe, Hawaii, USA

K.D. Hopkins, College of Agriculture, University of Hawaii at Hilo, Hawaii, USA

C. Kwei Lin, Asian Institute of Technology, Bangkok, Thailand and University of Michigan, Michigan, USA

15 March 1992, CRSP Research Reports 92-40

Abstract Au cours de trois essais de 5 mois chacun menés en Thaïlande, on a ensemencé des étangs en terre d'une superficie d'environ 370 m2 avec des alevins de tilapia du Nil (Oreochromis niloticus (L.)) pesant 4-12 g. La densité à la mise en charge variait de 0,5 à 1,6 poissons/m2. La mise en charge et la fertilisation (avec du fumier de poules, l'urée, et le triple superphosphate) étaient faites selon trois répétitions des traitements suivants: 0,6; 1,0; et 1,5 m de profondeur. Dans deux essais menés en saison humide et en saison sèche, la mise en charge et la fertilisation étaient proportionnelles au volume de l'étang tandis qu'elles étaient proportionnelles à la superficie de l'étang au cours du troisième essai (menées en saisons sèches).

On n'a observé aucun effet direct de la profondeur sur les rendements en poissons (0,9 à 6,3 tonnes/ha/an), sur les taux de survie (66 à 98%), ou sur le poids individuel du poisson à la récolte (96 à 313 g/poisson). Les meilleurs rendements provenaient des étangs plus profonds à conditions que leurs densités à la mise en charge et leurs taux de fumure aient été proportionnellement plus élevés. La variation du rendement dépendait principalement de la quantité des intrants par unité de surface.

On a également observé qu'il y a peu ou pas de relations entre les traitements (profondeur de l'étang) et la température, les teneurs en azote et en phosphore dissous, ou les particules solides en suspension. Les moyennes des concentrations de la chlorophylle et de la production photosynthétique d'oxygène dissous considérées pour toute la durée des expériences étaient plus élevées dans les traitements qui recevaient plus d'azote parunité de volume de l'étang. Les étangs profonds qui recevaient une fumure proportionnelle à leurs volumes respectifs ont produit des rendements par unité de surface plus élevés. Par unité d'intrant, l'efficacité de production de poissons et d'oxygène dissous dans les étangs peu profonds était au moins égale à celle des étangs profonds, ce qui est conforme aux modèles décrivant les relations entre la photosynthèse et la profondeur.

This abstract was reprinted from the original, which was published in Aquaculture and Fisheries Management 1991, 22:385-396.




Previous group of reports: 91-31 to 91-35 Next group of reports: 92-41 to 92-45