ARCHIVAL WEBSITE
To learn more about our current work, please visit AquaFish Innovation Lab.
PD/A CRSP Research Reports 89-16 to 89-20
PD/A CRSP Research Reports 89-16 to 89-20
(French Version)

Etude des caractères biologiques de Macrobrachium rosenbergii (de Man) en rapport avec sa production dans les etangs et sa vente en Thaïlande

C. Kwei Lin, Agricultural and Food Engineering Division, Asian Institute of Technology, P.O. Box 2754, Bangkok, Thailand; Great Lakes Research Division, The University of Michigan, Ann Arbor, Michigan 48109, USA

Mali Boonyaratpalin, National Inland Fisheries Institute, Bangkhen, Bangkok, Thailand

14 February 1989, CRSP Research Report 89-16

Abstract En collaboration avec une ferme de taille moyenne chargée de l'élevage commercial des crevettes au centre de la Thaïlande, nous avons recueilli des données de production et vente de la crevette géante d'eau douce pendant 7 mois d'élevage. Des jeunes crevettes d'un poids moyen de 4,2 g étaient ensemencées dans des étangs en terre d'une superficie de 0,5 ha. Le taux moyen de croissance calculé pour les trois premiers mois d'élevage était 0,4 g/crevette/jour; les crevettes de taille vendable étaient sélectivement récoltées pendant les quatre mois suivants. Le rendement cumulatif total s'élevait à 1,3 tonnes/ha, avec un poids individuel moyen de 32 g et un taux de survie de 60 %. A la récolte, les crevettes étaient normalement groupées par catégories selon le sexe et la taille puisque leurs prix de vente diffèrent selon ces deux facteurs. Ces catégories sont: mâles de grande, moyenne, ou petite taille; mâles à longues pinces, à carapaces molles; femelles avec des oeufs, femelles sans oeufs; et mâles terminaux. Les données du poids et du nombre de crevettes dans chacune de ces catégories ont montré que la proportion relative des sexes (femelles:mâles) était 1,6:1 selon le poids et 4:1 selon le nombre, tandis que la proportion relative entre les mâles à courtes pinces et ceux à longues pinces était 3:1 selon le poids et 4:1 selon le nombre. Quatre pourcent de la population vendable tombaient dans la catégorie "à capaces molles" et 64% des femelles avaient des oeufs. Le rapport entre le poids de la tête et celui de la queue des crevettes vendables variait considérablement entre les différentes catégories: 1,0:1 pour les femelles, 2,5:1 pour les mâles à longues pinces, et 1,6:1 pour les mâles à courtes pinces. Il y avait une prépondérance de femelles dans la première et deuxième récolte d'une durée de 1,5 mois tandis que les mâles ont dominé les derniers 1,5 mois de récolte. Le rendement économique de l'élevage de crevettes dépend non seulement de la biomasse, mais aussi de la structure de la population des divers groupes biologiques ainsi que de la période de récolte.

This paper was published in Aquaculture, 74:205-215(1988).


Mesures des déficits d'oxygène dans l'hypolimnion des etangs

W.Y.B. Chang, Center for Great Lakes and Aquatic Sciences, University of Michigan, Ann Arbor, Michigan 48109, USA

3 August 1989, CRSP Research Report 89-17

Abstract Les étangs tropicaux peu profonds du delta de la rivière Pearl en Chine qui sont utilisés dans la pisciculture intégrée stratifient presque chaque jour, contiennent beaucoup de matières organiques et produisent beaucoup d'algues. L'épilimnion est supersaturé d'oxygène tandis que la concentration de l'oxygène dissous (DO) est inférieure à 2 mg/l dans l'hypolimnion (> 1 m). La profondeur de compensation équivaut au double de la profondeur du disque de Secchi variant de 50 à 80 cm. De ce fait, la production nette d'oxygène dans l'hypolimnion (> 1 m) est faible ou nulle. Etant donné que le taux de consommation de l'oxygène par les matières oxydables est fonction de la concentration de l'oxygène dissous dans l'eau, la faible teneur en oxygène de l'hypolimnion entraîne une oxidation incomplète des matières organiques telles que les déchets organiques nonutilisés ainsi que les cellules d'algues mortes. Ces matières constituent une source de déficits d'oxygène dans l'hypolimnion (DOH) qui, en cas de destratification spontanée, peuvent conduire à une teneur minimale critique de l'OD dans tout l'étang. Cet article présente une meilleure méthode de calcul des déficits d'oxygène dans l'hypolimnion et les avantages de cette méthode sont discutées.

This paper was published in Aquaculture and Fisheries Management 1989, 20:167-172.


Les effets du taux d'echange d'eau et de la densité sur le rendement du poisson-chat, Clarias fuscus

James S. Diana, School of Natural Resources and Center for Great Lakes and Aquatic Sciences, University of Michigan, Ann Arbor, Michigan 48109, USA

Arlo W. Fast, Mariculture Research and Training Center, Hawaii Institute of Marine Biology, University of Hawaii, Kaneohe, Hawaii 96744, USA

28 September 1989, CRSP Research Report 89-18

Abstract Par comparaison à un faible taux d'empoissonnement du poisson-chat (300 poissons/m3), des densités plus élevées (600 poissons/m3) ont entraîné un taux de mortalité légèrement plus élevé, pas de différences de taux de croissance, et un rendement nettement supérieur. Le débit de l'eau (10; 5; ou 2,5 renouvellements/jourun renouvellement correspond à un volume dilué d'échange) n'eut aucun effet sur le taux de survie, la croissance, ou le rendement. Les poissons d'un poids moyen initial de 5,4 g ont été élevés pendant une période de 90 jours. La plupart de la mortalité est survenue tôt durant le cycle d'élevage quand les poissons avaient une taille inférieure à 26 g. Au départ, la croissance était élevée mais elle a diminué progressivement avec le temps. Il n'y avait pas de différences de concentrations en oxygène dissous entre les bacs de densités d'empoissonnement différentes, mais ces concentrations étaient affectées par le débit de l'eau. Les paramètres de la source d'eau, en particulier la Demande Biochimique d'Oxygène (DBO) à court terme, ont fortement influencé la teneur en oxygène dissous pour tous les débits de l'eau. Les concentrations d'ammoniac augmentaient en fonction du taux d'empoissonnement et diminuaient suite à une augmentation du débit de l'eau. Le taux de mortalité total dépendait fortement de la taille, et il y avait une corrélation entre la mortalité des petits poissons et la DBO à court terme.

This paper was published in Aquaculture, 78:267-276(1989).


Relations entre la production primaire et le rendement du tilapia dans les etangs

James S. Diana and P.J. Schneeberger, Great Lakes Research Division and School of Natural Resources, University of Michigan, Ann Arbor, Michigan 48109, USA

C. Kwei Lin, Division of Agricultural and Food Engineering, Asian Institute of Technology, G.P.O. Box 2754, Bangkok 10501, Thailand

28 September 1989, CRSP Research Report 89-19

Abstract L'objectif de cette étude était de déterminer, à l'aide de l'analyse de régression multiple, les relations que existent entre les variables physicochimiques et la productivité primaire ou le rendement en poissons.

En Thaïlande, on a ensemencé 812 étangs (250 m2) avec Oreochromis niloticus (2535 g) à une densité de 1 poisson/m3. Les essais ont duré approximativement 5 mois de la saison humide de 1984 et de la saison sèche de 1985. L'apport d'intrants dans les étangs a été effectué selon trois modes différents de gestion: (1) faible dose de fumure minérale (8 kg de P2O5/ha/mois); (2) apport important de fumier organique (500 kg de fumier de poules/ha/semaine); et (3) forte dose de fumure minérale (100 kg de P2O5/ha/semaine et 30 kg d'urée/ha/semaine). La température de l'eau et celle de l'air, la radiation solaire, la pluviométrie, l'oxygène dissous (OD), le phosphore total, les nitrates et nitrites, l'ammoniac, la turbidité, la chlorophylle a, la productivité primaire, ainsi que le poids et le taux de survie des poissons étaient régulièrement mesurés au cours de chaque expérience. Ces données ont été analysées par régression.

Par rapport aux étangs traités avec une faible dose d'engrais, ceux qui recevaient une fumure élevée étaient caractérisés par une plus grande teneur en éléments nutritifs dans l'eau, une plus grande productivité primaire et une plus grande production de poissons. Bien que les résultats de l'analyse de régression multiple n'ont révélé aucune relation entre la productivité primaire et l'azote ou le phosphore, il semble que ces deux éléments constituent des facteurs limitants de la productivité primaire. La disponibilité des éléments nutritifs est plus probablement fonction du taux de régénération plutôt que de la concentration absolue.

Il y avait une forte corrélation entre le rendement en poissons et la pluviométrie, la biomasse des poissons, l'OD, la température de l'eau, et la radiation solaire. La corrélation entre le rendement net et la biomasse des poissons était positive, ce qui indique qu'on n'avait pas encore atteint la capacité maximale de ces étangs.

This paper was published in The Second International Symposium on Tilapia in Aquaculture p.1-6, 1988. R.S.V. Pullin, T. Bhukaswan, L. Tonguthai,and J.L. MacLean (eds.) ICLARM Conference Proceedings 15, Department of Fisheries, Bangkok, Thailand, and International Center for Living Aquatic Resources Management, Manilla, Phillippines.


Fixation biologique d'azote en tant que source de fumure azotée dans les etangs piscicoles

C. Kwei Lin, Division of Agricultural and Food Engineering, Asian Institute of Technology, G.P.O. Box 2754, Bangkok 10501, Thailand

V. Tansakul, Great Lakes Research Division and School of Natural Resources, The University of Michigan, Ann Arbor, Michigan 48109, USA

C. Apinhapath, Soil Science Division, Royal Thai Department of Agriculture, Bangkok, Thailand

9 November 1989, CRSP Research Report 89-20

Abstract On a utilisé la méthode de réduction de l'acétylène afin de déterminer la quantité potentielle d'azote produite par fixation biologique naturelle de cet élément dans l'eau des étangs fertilisés en Thaïlande. On a examiné 12 étangs de grossissement du tilapia pendant une période de 15 mois. En moyenne, la fixation d'azote dans la colonne d'eau variait de 105 µg d'azote/L/jour à des teneurs minimes non mesurables; ceci peut être comparé à 200 µg d'azote/L/jour apportés par une fertilisation au fumier de poules à raison de 500 kg/ha/semaine. On a estimé que la fixation totale d'azote dans les étangs piscicoles pendant un cycle de 5 mois de grossissement des poissons variait entre 8,8 et 85,7 kg N/ha. La fixation d'azote avait principalement lieu durant la journée; elle était inhibée par l'obscurité. Elle était nulle dans les étangs où la concentration d'ammonium dans l'eau était élevée. Les algues bleues fixatrices d'azote communément présentes dans l'eau de l'étang étaient Anabaena, Cylindrospermum, et Nodularia.

This paper was published in The Second International Symposium on Tilapia in Aquaculturep.1-6, 1988. R.S.V. Pullin, T. Bhukaswan, L. Tonguthai,and J.L. MacLean (eds.) ICLARM Conference Proceedings 15, Department of Fisheries, Bangkok, Thailand, and International Center for Living Aquatic Resources Management, Manilla, Phillippines.


Previous group of reports: 88-11 to 89-15 Next group of reports: 89-21 to 90-25